Quand Talk to me in Korean a réédité “Survival Korean, for travelers and expats : phrases and tips to make your stay in Korea easy”, j’ai pensé que ce manuel de coréen m’était destiné. Comme je reviens d’un voyage en Corée du Sud, je ne suis que trop consciente de mes lacunes dans cette langue. J’ai eu bien du mal à communiquer et à me faire comprendre lorsque j’étais là-bas. Heureusement que les Coréens sont adorables et que ça n’avait pas l’air de les gêner du tout.

Bref, tout ça pour dire que je suis preneuse d’un bon manuel de conversation de base (ça me rappelle aussi qu’il faut que je termine mes petits guides de conversation…). Alors qu’en est-il du manuel de Talk to me in Korean, co-écrit avec Seoulistic? Revue de détail:

“Survival Korean” : quel contenu ?

“Survival Korean”, c’est tout d’abord, comme son nom l’indique, un outil de survie. De là à dire que voyager en Corée est une aventure risquée, il n’y a qu’un pas, mais c’est comme ça que les auteurs présentent leur ouvrage dans la préface ;-). En fait, ce qu’ils soulignent surtout, c’est le fait que peu de Coréens parlent anglais, ou se sentent suffisamment à l’aise pour le faire, et dans certaines situations, communiquer peut s’apparenter à une lutte (ou vous risquez de perdre quelques plumes). Ce guide de conversation de base se veut donc un livre à garder sur soi, que l’on ouvrirait selon ses besoins, quitte à montrer du doigt une phrase à un Coréen pour faciliter les échanges.

On retrouve donc les situations les plus courantes, celles qu’on est amené à rencontrer lors d’un séjour sur place : nourriture, transports, shopping, vie quotidienne, santé, carrière. Chaque situation faisant l’objet d’un chapitre, voici plus en détail le contenu du livre :

ChapitreContenu
Introduction to 한글 (Han-geul)
Food- Common phrases : restaurant & cafe
- Restaurant
- Cafe
- Food delivery
Transportation- Common phrases : bus & subway
- Bus
- Subway
- Taxi
- Asking and giving directions
Shopping- Fashion
- Grocery shopping
- Internet shoppping
Daily Life- Hair Salon
- Tickets
- Banking
- Mobile phone
- Package delivery
- Dating & marriage
Health- Common phrases : hospital & pharmacy
- Hospital
- Pharmacy
Career- Common phrases : school, hagwon & business
- Common phrases : school & hagwon
- Business

Survival Korean : pour qui ?

Les voyageurs et les expats. Si l’on prévoit un voyage de courte durée, on n’est évidemment pas obligé d’apprendre à parler le coréen. En revanche, si l’on séjourne plus longtemps, se couper de la langue coréenne, c’est se couper de la société coréenne. Alors à moins de vouloir rester entre Français bien au chaud dans le quartier français, apprendre quelques expressions, ça ne pas peut faire de mal. De plus, il y a une petite section consacrée au monde du travail et l’on y apprend une chose importante : comment appeler son chef? Eh oui, c’est plus compliqué qu’il n’y paraît ;-).

Introduction au hangeul

Les premières pages sont consacrées à la présentation de l’alphabet coréen : consonnes, doubles consonnes, voyelles, digrammes (assemblage de deux lettres pour faire un graphème) et l’art de les écrire horizontalement et verticalement. Simple mais efficace. À cela s’ajoute des explications sur la structuration des phrases en coréen et l’utilisation des particules. Puis très utiles, quatre pages consacrées aux nombres. Parce que les chiffres, ça peut vite se révéler un casse-tête, étant donné qu’il existe un système coréen et un système sino-coréen et que l’on n’emploie pas le même système selon que l’on parle de personnes ou d’argent par exemple. Le chapitre se termine enfin avec des questions simples : comment parler de quelque chose quand on ne sait pas le nommer, comment acquiescer ou refuser, ou encore comment poser une question.

Situations de la vie quotidienne

Sans entrer dans le détail de chaque situation, ceux qui sont déjà partis en Corée ont peut-être en tête un moment où ils auraient bien voulu s’exprimer mais n’avaient pas les mots pour le dire. En ce qui me concerne, il y a un moment plus qu’un autre où j’aurais bien aimé avoir sur moi un guide de conversation : j’étais dans un taxi à Séoul et je rentrais à mon hôtel. J’avais donné la carte de visite de l’hôtel au chauffeur, l’adresse semblait claire et pourtant, il n’arrivait pas à trouver la rue. Et moi j’étais super frustrée parce que je connaissais bien le chemin, mais tout ce que je savais dire c’était : “tournez à droite” ou “tournez à gauche”, et impossible de me rappeler comment dire : “allez tout droit”. Du coup il n’arrêtait pas de tourner à droite et de faire marche arrière, alors qu’il devait continuer tout droit et tourner dans la rue suivante. Oh là là, un vrai chat qui se mord la queue et moi complètement impuissante… Bref là encore, tout ça pour dire que c’est la première chose que j’ai cherché en ouvrant “Survival Korean” : est-ce que “aller tout droit” était une des entrées du guide? Et bien oui, page 86 ! “직진 해 주세요. (jik-jjin hae ju-se-yo) : Please go straight”. Hourra ! C’est un bon point.

Oui, dans l’ensemble, les phrases sont très utiles. Il n’y a pas que des expressions toute faites d’ailleurs, il y aussi beaucoup de vocabulaire pratique et surtout, des explications détaillées sur la Corée (au hasard, le fonctionnement des bus, les achats par carte bancaire, les parcs d’attraction, les téléphones mobiles, etc.). J’aime beaucoup ce petit plus et à la fin de chaque chapitre, il est proposé un “break time” d’une ou deux pages, qui fait un focus sur certains aspects de la société.

Toutefois je n’irai pas jusqu’à dire que c’est parfait. J’ai été étonnée de voir certains mots manquer, alors qu’ils me semblaient évidents. Par exemple, dans la section “au café”, nulle part on ne trouve le mot “sucre”. On parle de crème fouettée mais pas de sucre… De même j’ai été surprise de trouver la rubrique “trains” dans celle consacrée aux “tickets”. D’ailleurs à ce propos, moi qui préfère le train au bus, j’ai longtemps galéré pour savoir dire “une place côté couloir”. Ici j’apprends à dire “une place dans le sens de la marche”, ce qui est déjà pas mal, mais cela ne m’aurait pas aidé si j’avais eu ce livre avec moi en Corée pour acheter ma place côté couloir… Évidemment ce ne sont que des détails, mais cela a son importance pour moi puisque ce sont des situations que j’ai rencontrées.

Les points négatifs

Si le contenu est intéressant, simple et concis, il y a quand même deux points qui me chiffonnent un peu. Le premier, c’est la typographie. C’est très aéré au niveau de la mise en page mais alors, ouh là là, que c’est écrit tout petit ! C’est même pire que ça : il y a trois niveaux de taille de police de caractères, et si la première (la phrase en coréen et sa traduction en anglais) est agréable à lire, la seconde (les explications) est déjà plus resserrée, et ne parlons pas de la troisième (les exemples), carrément minuscule ! Bon c’est sûr, la presbytie me guette, mais tout de même… Franchement j’ai du mal à m’imaginer dans un taxi mal éclairé, de nuit, en train de déchiffrer péniblement ce qui est écrit !

Deuxièmement, j’ai eu du mal à m’habituer à leur logique de romanisation. Je pensais qu’il y avait de nombreuses coquilles dans le texte et cela me gênait beaucoup, jusqu’à ce que je comprenne qu’ils n’ont pas cherché à le transcrire fidèlement mais plutôt à se rapprocher de la prononciation réelle. Au final, j’adhère: après tout ce guide se veut un manuel pratique, non?

En revanche quelques coquilles jalonnent le texte, notamment des fautes de frappe sur les traductions anglaises. Qu’ils aient laissé passé des erreurs sur la première édition, soit, mais nous en sommes à la quatrième ! Personne ne le leur a-t-il jamais signalé ou bien n’ont-ils jamais pensé à faire les corrections nécessaires? Rien de trop méchant, mais je reste perplexe…

Conclusion

Un guide de conversation utile et bien conçu, qui aborde les principaux sujets de communication et la culture coréenne. L’équipe de TTMIK s’est prêtée au jeu des photos, et leurs bouilles sympathiques rendent les situations éloquentes et animées, sans pour autant surcharger la mise en page, qui reste claire et agréable. Des chapitres qui mériteraient toutefois d’être complétés, et surtout, quelques coquilles à corriger.

Pour vous le procurer :

Survival Korean / written by Talk to me in Korean & Seoulistic
Longtail books, 2016 (4e éd.)
ISBN :978-89-5605-736-1
227 pages
17000 KRW (env. 12 euros)

Disponible sur My Korean Store, comptez environ 24 euros avec les frais d’envoi et deux semaines de délai.

Partager :