Deux jours à Gyeongju, c’est la durée idéale pour découvrir la ville et ses environs. En effet, la capitale historique de la dynastie de Silla est un incontournable de tout voyage en Corée en Sud. Car Gyeongju, ce sont mille ans d’histoire répartis sur plusieurs sites en ville. Un vrai voyage dans le temps ! Partons ensemble à sa découverte.

1er jour à Gyeongju

On dit de la ville de Gyeongju que c’est un musée à ciel ouvert, au point de la comparer parfois à Kyoto, au Japon. Les vestiges les plus importants se concentrent essentiellement dans le centre-ville, il est donc facile de tout faire à pied, sans trop se fatiguer. Prendre son temps à Gyeongju participe de la visite. Pour moi, c’est une ville idéale pour se reposer lors d’un voyage en Corée du Sud.

Les tombeaux de Daereungwon

Commencez votre journée par les tombeaux de Daereungwon. Les tumili des anciennes tombes royales sont l’image d’Épinal de Gyeongju. Ces petites montagnes vertes qui jaillissent un peu partout en ville abritent en effet les dépouilles des souverains et des nobles du royaume de Silla (57 av. J.-C.–935 apr. J.-C.) . Il y en a près de 150 : certaines à peine perceptibles, d’autres hautes de plus de 20 mètres, surmontées par des arbres si imposants qu’on ne peut douter un instant que ces tombes soient très anciennes.

Gyeongju-Daereungwon

Si vous entrez par le nord, l’un des premier tumulus qui frappera votre regard est la double tombe Hwangnamdaechong. Les objets retrouvés sur place permettent aujourd’hui de dire qu’il s’agit du tombeau d’un roi et de sa reine.

Gyeongju-tombe-Hwangnamdaechong
La double tombe Hwangnamdaechong.
Gyeongju-tombe-Hwangnamdaechong
Les couleurs de l’automne à Daereungwon.

Les tombeaux du complexe de Daereungwon sont parfaitement mis en valeur dans un parc arboré, que l’on traverse avec ravissement de long en large. Le paysage est rythmé par des étangs, des bosquets de bambous ou encore une petite forêt de pins. Chaque recoin est terriblement photogénique.

Gyeongju-Daereungwon
Gyeongju-Daereungwon
  • Gyeongju-tumuli-Daereungwon
  • Gyeongju-tumuli-Daereungwon
  • Gyeongju-tumulus-Daereungwon
  • Gyeongju-Daereungwon-pins

Le 13e souverain de Silla, le roi Michu, est lui aussi enterré à Daereungwon. Un roi dont la notoriété légendaire est telle qu’elle explique peut-être pourquoi sa tombe est la seule à être entourée d’une enceinte de pierre.

Gyeongju-tombe-roi-Michu
La tombe du roi Michu.

En 1973, des excavations ont permis de mettre au jour le tumulus de Cheonmachong, dit du “cheval céleste”. C’est le seul à pouvoir être visité de l’intérieur, et qui permet de comprendre comment l’élite du royaume était inhumée. Beaucoup des objets ont été transférés au musée national de Gyeongju.

Gyeongju-tumulus-Cheonmachong
Le tumulus de Cheonmachong.
  • Gyeongju-tumulus-Cheonmachong
  • Gyeongju-tumulus-Cheonmachong

Il existe d’autres complexes de tombes royales à Gyeongju. Au nord de Daereungwon, on trouve celui de Noseo-ri, entièrement gratuit. Appréciez la grandeur des arbres qui poussent sur les tertres funéraires ! C’est impressionnant. Pour info, ces tombes sont illuminées la nuit. Donc, si vous voulez faire des clichés nocturnes, c’est plutôt là qu’il faut aller. Le site de Daereungwon est, lui, pratiquement dans la pénombre. Ça ne sert à rien de repayer l’entrée en soirée.

Gyeongju-Noseo-ri
Noseo-ri de jour.
Gyeongju-Noseo-ri
Noseo-ri de nuit.

L’observatoire de Cheomseongdae

L’observatoire astronomique de Cheomseongdae est le plus ancien du genre en Asie. Il y a une croyance selon laquelle le Paradis est rond et la Terre est carrée. Cet étrange édifice repose donc sur une plateforme carrée, et sa structure est cylindrique, s’affinant vers le haut.

Gyeongju-Cheomseongdae
Gyeongju-Cheomseongdae
Gyeongju-Cheomseongdae-panorama

Cela ne ressemble en rien à un observatoire astronomique, tel qu’on les connaît en Occident. Quand je regarde cette structure courbe en pierres, je pense seulement à une amphore. Les Coréens la comparent avec raison à une calebasse.

Je me suis longtemps demandée comment on pouvait regarder les étoiles depuis l’intérieur. D’ailleurs, c’est la question qui m’a taraudé longtemps, avant que je n’aille visiter le musée national des sciences de Gwacheon, et que je comprenne enfin le fonctionnement de Cheomseongdae.

En réalité, c’est très simple : la partie inférieure a été entièrement remplie avec de la terre, au fur et à mesure que les pierres étaient empilées. Pour entrer, on devait donc utiliser une échelle extérieure, et se faufiler dans la petite porte carrée que l’on aperçoit au milieu de la structure. À l’intérieur, une autre échelle permettait de monter sur la plateforme extérieure, d’où l’on pouvait admirer les étoiles à loisir. On était alors à plus de neuf mètres du sol.

Gyeongju-Cheomseongdae

Cheomseongdae est le trésor national n°31. C’est fascinant de savoir qu’il est debout depuis le règne de la reine Seon-Deok, au 7è siècle. Et dans un état de conservation impeccable. Les éclairages de nuit lui rendent entièrement justice. Ne manquez pas d’aller le voir de jour ET à la nuit tombée.

Continuez votre chemin en empruntant la forêt de Gyerim. La légende veut qu’elle soit le lieu de naissance de Kim Al-Ji, l’ancêtre du clan des Kim.

Gyeongju-foret-Gyerim
© xiquinhosilva/Flickr

L’école confucéenne Gyeongju Hyanggyo

Inutile de dire que la Corée du Sud est imprégnée au plus haut degré des valeurs de Confucius (Kong-Ja en coréen). Justice, rituels et bienveillance sont les principes de base de cette “philosophie”, qui prône l’harmonie sociale entre les hommes.

  • ecole-confuceenne-Gyeongju-hanggyo
    © Cultural Heritage Administration
  • ecole-confuceenne-Gyeongju-hanggyo
    © Cultural Heritage Administration

L’école confucéenne de Gyeongju daterait du 7e siècle, même si la date de sa fondation n’est pas connue. Elle tente de faire revivre la culture et l’éthique des lettrés Seonbi, ces intellectuels coréens vertueux qui préféraient l’étude aux arcanes du pouvoir. Ils faisaient passer le bien-être de la population avant le leur, et n’hésitaient pas à guider les monarques sur la voie de la justice sociale. Parfois à leur détriment.

Le village hanok de Gyochon

Le village de Gyochon est le siège de la famille Choe, dont la longue lignée remonte au 16e siècle. Ce clan est connu pour avoir justement appliqué les préceptes des lettrés Seonbi. Ils ont ainsi réussi à préserver leur richesse, tout en œuvrant pour le bien-être de la population locale.

Gyeongju-village-hanok-Gyochon
© xiquinhosilva/Flickr

Il est possible de visiter la maison du clan Choe (matériel folklorique important n°27), et on peut même goûter à la liqueur Gyeongju Gyodong Beopju (bien culturel immatériel important n°86-3). Avis aux amateurs !

Le village offre également de multiples activités culturelles à destination des touristes. On y trouve aussi des cafés et des restaurants. Pourquoi ne pas vous reposer dans le coin ? Ne vous y rendez trop tard toutefois, les boutiques ferment à 17h.

Le pont Woljeonggyo

Ce lieu de passage qui traverse la rivière Namcheon mène à la partie sud du palais Wolseong, la résidence royale des souverains de Silla. Du palais, il ne reste aujourd’hui que des ruines, et vous ne verrez pas grand-chose de cette ancienne forteresse. Mais le pont est superbe.

Pont-Woljeonggyo-Gyeongju

Il y a une légende autour du pont Woljeonggyo. Un jour que le moine Wonhyo passait par là, il se mit à chanter, en disant vouloir construire un pilier pour soutenir le ciel. Le roi Muyeol comprit alors qu’il fallait lui donner en mariage une femme de haut rang, qui donnerait naissance à l’un des piliers de la dynastie Silla. Il manœuvra pour que le moine soit accueilli dans les appartements de sa propre fille, la princesse Yoseok. Ce qui devait arriver arriva. Quelques mois plus tard, elle donnait naissance à Seol Chong, devenu par la suite célèbre pour avoir créé le système d’écriture Idu, où l’on utilise les caractères chinois pour transcrire le coréen.

Pont-Woljeonggyo-Gyeongju

Il y a quelques années encore, le pont Woljeonggyo était à l’abandon, mais il a été superbement restauré entre 2009 et 2014. Il date de 760. Parfaitement symétrique, on ne peut que s’émerveiller devant un tel travail d’ingénierie. C’est de nuit qu’il faut absolument le voir, quand il est illuminé. C’est pourquoi je vous invite à le découvrir en fin de journée.

2e jour à Gyeongju

Pour ce deuxième jour de visite, je vous propose d’aller le matin au temple Bulguksa, puis de compléter cette visite par celle du musée national de Gyeongju et de l’étang Anapji.

Le temple Bulguksa et la grotte seokguram

Inscrits depuis 1995 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, le temple bouddhique Bulguksa et la grotte de Seokguram, sur les pentes du Mont Toham, sont un must-see de Gyeongju.

  • © Myllissa/Wikimedia commons

Ces deux sites recèlent des trésors nationaux représentatifs de l’esthétique bouddhique de Silla. Pour en savoir plus, je vous invite à lire l’article que je leur ai consacré.

Pour vous y rendre

Transport : prendre le bus n°10 ou 11 depuis le terminal des bus express de Gyeongju, ou le bus n°700 depuis la gare. Le trajet dure entre 40 et 50 minutes.
Une fois à Bulguksa, prendre le bus n°12 pour vous rendre à Seokguram. Le trajet dure 20 minutes environ, auquel il faut ajouter 20 minutes de marche.

Le musée national de Gyeongju

Peut-être serez-vous un peu déçu par la grotte de Seokguram. Le Bouddha géant est placé derrière une vitre, et d’ailleurs il est interdit de prendre des photos. Consolez-vous en visitant l’après-midi le magnifique musée national de Gyeongju.

musée-national-gyeongju

C’est une des plus belles visites que j’ai pu faire en Corée du Sud. La scénographie met particulièrement bien en valeur les œuvres d’art, sublimes, et les grands panneaux explicatifs sont très intéressants pour comprendre l’histoire et l’administration du royaume de Silla.

Le palais Donggung et l’étang Anapji

C’est une visite que je recommande de faire après celle du musée, en fin d’après-midi. En effet, il faut venir au palais Donggung un peu avant le crépuscule, et se promener dans l’enceinte du parc arboré jusqu’à ce que la nuit tombe. Car c’est quand les illuminations éclairent les pavillons traditionnels que ce site dévoile toute sa splendeur.

Geyongju-etang-anapji

J’ai déjà détaillé dans un article la visite de l’étang Anapji, donc je vous invite à le lire pour en savoir plus. Les reflets du palais dans l’eau bleutée de l’étang sont l’une des plus belles choses à admirer en Corée du Sud.

Et si on restait un jour de plus à Gyeongju ?

Difficile de tout voir à Gyeongju en 48h. D’ailleurs, même en y restant un jour de plus, vous serez loin d’en avoir fait le tour ! Les trois visites que je présente ci-après ne peuvent pas non plus être réalisées en une seule journée. A vous de voir ce qui vous ferait le plus plaisir.

Le village traditionnel de Yangdong

Je ne détaille pas cette visite, puisque j’ai déjà consacré un article à Yangdong. Je recommande absolument ce très joli village clanique de la vallée du mont Seolchang, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Gyeongju-Yangdong-village

Pour vous y rendre

Transport depuis le terminal des bus interurbains de Gyeongju : prendre les bus n°200 à 208, 212 et 217 (50 min de trajet en moyenne) ou un taxi (25 min, env. 24 000 wons, soit env. 18 euros).
Depuis la gare KTX : prendre le bus 203 (90 min de trajet) ou un taxi (40 min, env. 38 000 wons, soit env. 30 euros).

Le complexe touristique Bomun

Si vous allez à Gyeongju pendant la saison des cerisiers en fleurs (première quinzaine d’avril), vous aurez peut-être envie de les admirer sur le site du complexe touristique de Bomun. Situé à l’est de la ville, un peu surfait en apparence, il offre des très jolis paysages autour des grands lacs artificiels Bomunho et Deokdongho. On peut y louer des vélos, faire une croisière sur les lacs, ou encore y voir des spectacles.

© John Menard/Flickr

C’est également dans cette zone que l’on trouve le parc de loisirs Silla Millenium, qui reproduit un village ancien de cette époque, et le parc de l’Exposition culturelle et mondiale.

Pour vous y rendre

En coréen : 보문관광단지 (Bomun gwangwan danji)
Adresse : 424-3 Bomun-ro, Gyeongju-si, Gyeongsangbuk-do
Transport depuis le terminal des bus interurbains de Gyeongju : prendre les bus n°10, 11, 16, 100-1 ou 150-1 (env. 35 minutes de trajet).

La tombe sous-marine du roi Munmu et le temple Gameunsa

Munmu est le roi qui unifia les trois royaumes de Corée en 668. Il voulut que ces cendres soient dispersées dans la mer, à deux cent mètres du large, dans l’espoir de devenir un dragon marin protecteur de la péninsule.

Entre nous, il n’y a pas grand-chose à voir en se rendant sur la tombe sous-marine du roi Munmu. Car, comme son nom l’indique, elle est située… sous l’eau ! Mais on dit que l’esprit de Munmu se retrouve dans chacun des vestiges de Gyeongju, et qu’une visite sur sa tombe est plus que symbolique.

tombe-sousmarine-roi-Munmu-Gyeongju
© DR

Pensez à monter au pavillon Igyeondae (site historique n°159), qui offre le plus beau point de vue sur les rochers qui abritent le tombeau royal. Puis rapprochez-vous du site, en vous promenant sur la jolie plage de galets gris.

Pour vous y rendre

En coréen : 경주 문무왕릉 (Gyeongju Munmuwang wangneung)
Adresse : 1366-9, Donghaean-ro, Gyeongju-si, Gyeongsangbuk-do
Transport depuis le terminal des bus interurbains de Gyeongju : prendre les bus n°150 ou 150-1 (env. 1h20 de trajet). En taxi, 40 min. de trajet pour env. 55 000 wons (40 euros).

Du temple Gameunsa, il ne reste plus que des ruines, et deux pagodes de pierre à trois étages. Si la construction a été démarrée par Munmu, c’est son fils Sinmun qui l’a achevée à la mort de son père. Le temple a servi comme lieu de prière pour le roi défunt. En 1959, des fouilles archéologiques ont permis de mettre au jour une salle dorée et un auditorium. On dit que le roi Sinmu a fait creuser un trou à l’est de cette salle dorée, pour que le dragon puisse entrer et sortir à sa guise. Avec un peu d’imagination, ou une bonne dose de spiritualité, vous le verrez sûrement apparaître ^^.

© DR

Pour vous y rendre

En coréen : 경주 감은사지 (Gyeongju Gameunsaji)
Adresse : Yongdang-ri, Yangbuk-myeon, Gyeonju-si, Gyeongsangbuk-do
Transport depuis la tombe sous-marine du roi Munmu : prendre les bus n°150 ou 150-1 (env. 30 minutes de trajet), ou un taxi (5 minutes, env. 4 000 wons, soit 3 euros)
Exposition virtuelle : Gameunsa Temple Site

Pour vous permettre de planifier toutes ces visites, voici une carte reprenant toutes les étapes du parcours. Je vous souhaite une très belle découverte de Gyeongju !

Partager :