Ville de Sokcho en Corée du Sud
Gangwon-do

Seoraksan et Sokcho, une journée entre montagne et mer

Sokcho, ville côtière de la province de Gangwon-do, se trouve à deux ou trois heures de bus de Séoul. La ville et ses environs sont essentiellement connus pour les merveilleux paysages d’automne du mont Seorak (Seoraksan).

J’ai décidé de m’y rendre à la mi-octobre 2019, pour voir cela d’un peu plus près. Je me suis donc planifiée une journée de promenade à la montagne, et aussi à la mer. Un programme que je vous invite à découvrir ici.

En route pour le mont Seorak

Je commence ma journée en prenant le premier métro, afin de me rendre au terminal des bus de Dong Seoul.

Je prends le bus de 6h35. J’ai acheté mon billet aller à l’avance, et j’ai bien fait, car le bus est complet. Après deux heures de trajet, nous arrivons au terminal des bus intercités de Sokcho, et j’achète tout de suite mon billet retour. En effet, à l’automne, les bus sont vite remplis et je dois absolument retourner à Séoul dans la même journée.

Puis je me rends à l’arrêt qui se trouve à une centaine de mètres sur la droite, et j’attends les bus 7 ou 7-1 pour me rendre au téléphérique du mont Seorak. Le trajet dure normalement moins d’une heure. Mais à l’approche de la destination, un bouchon se forme, nous nous trouvons dans une zone de parking. Nous sommes tout proches, mais nous n’avançons qu’à la vitesse d’un escargot.

Arrivée enfin à destination, je n’ai pas besoin de chercher ma route, il n’y a qu’à suivre la foule. Avec le superbe temps qu’il fait ce jour-là, je découvre la beauté des feuillages d’automne. Je n’avais jamais vu ça. Les rayons du soleil qui se reflètent sur les feuilles rouges, jaunes, oranges… Je suis juste émerveillée ! Je comprends enfin pourquoi les gens vont voir des arbres changer de couleur !

L’entrée du parc national de Seoraksan est payante. Il existe différents parcours de randonnées, mais je n’ai pas le temps de les emprunter, sinon il me faudrait compter plusieurs heures de marche. J’ai choisis de prendre le téléphérique et de grimper en haut du Mont Seorak.

Il est important de penser à acheter son billet dès que l’on arrive sur place, car avec la foule, les billets s’épuisent très vite. En effet, j’arrive à la billetterie vers 10h30 et le prochain téléphérique disponible n’est qu’à 11h15 !

Le temple Sinheungsa

En attendant mon tour, je visite le temple Sinheungsa, qui se trouve à côté du téléphérique.

Ce temple construit en 653 abrite depuis 1997 une statue en bronze de Bouddha assis, haute de 14,6 mètres, appelée Tongildaebul. Son nom signifie le “Grand Bouddha de la réunification”, dans l’espoir d’une réunification pacifique entre les deux Corées.

À l’origine, le temple était placé ailleurs, mais à la suite d’un incendie en 1645, trois moines eurent un rêve dans lequel un dieu leur assura que le temple ne serait jamais endommagé par le feu, l’eau ou le vent s’ils le reconstruisaient plus haut dans la montagne. Depuis, le temple n’a ni bougé, ni subi de dégâts.

Je remarque le long d’un muret de nombreuses tuiles avec des inscriptions dans différentes langues où les visiteurs peuvent écrire leurs vœux. J’espère qu’ils se réaliseront !

La montée en téléphérique et le parcours jusqu’à la forteresse Gwongeumseong

La montée dure environ 5 minutes, ce qui est assez rapide je trouve. Le paysage automnal est magnifique. Depuis le téléphérique, j’ai pu voir le temple Sinheungsa d’un peu plus haut, c’était super. Par contre, il y avait du monde dans la cabine. Une fois arrivé, on peut admirer le paysage depuis les plateformes extérieures, ou, si besoin, se restaurer.

Le parcours jusqu’à la forteresse est aménagé, on ne peut pas se perdre. On y trouve des marches, des escaliers, des roches. Je trouve que c’est un parcours plutôt facile. Le côté positif de ce parcours est qu’il est entouré de végétation et d’arbres aux feuillages automnaux.

En revanche, la forteresse Gwongeumseong construite au 13e siècle par le roi Gojong n’existe plus ! En fin de parcours, on arrive donc devant une montagne rocheuse et un magnifique paysage coloré. Pas de forteresse, certes, mais on en prend plein les yeux 😊.

Où se restaurer au Mont Seorak ?

Au Mont Seorak, les points de restauration ne manquent pas, qu’ils soient en haut ou au pied du téléphérique. Ils proposent des spécialités locales ou préparées avec des produits locaux.

Je décide de déjeuner au Daraejeong Sikdang. Le restaurant propose toutes sortes de galettes (fruits de mer, pomme de terre, kimchi), dont le prix varie de 15 000 à 18 000 wons (entre 11 et 13€). Pour 35 000 wons (env. 26€), on a un assortiment complet. Je jette mon dévolu sur un sanchae bibimbap, un bibimbap aux herbes de montagne. Ce plat servi avec de nombreux accompagnements m’a coûté 8 000 wons (env. 6€).

Comment se rendre au Mont Seorak

Transport : prendre un bus intercités au terminal des bus de Dong Seoul (métro ligne 2, arrêt Gangbyeon). Coût du trajet Seoul>Sokcho : 19 700 wons (env. 14,50€), durée env. 2h. Puis prendre le bus local n°7 ou 7-1, comptez 40 à 50 min jusqu’au parc national du Mont Seorak.
Tarifs : l’entrée du parc coûte 3 500 wons (env. 2,60€)
Téléphérique : 10 000 wons l’aller-retour (env. 7,40€), comptez 5 min de trajet.
Site Internet : Korea National Park

La plage de Sokcho

Ma destination suivante est la plage de Sokcho. Quelle foule devant l’arrêt de bus ! Deux files se dessinent : l’une pour se rendre au parking – la plus longue – et l’une pour se rendre en ville (tant mieux pour moi, c’est la plus courte). Après 20 min de trajet, je descends du bus et je traverse quelques pâtés de maisons. J’aperçois les pins qui se dressent devant la plage.

La plage, la mer et le temps sont juste magnifiques. Après la montagne, la mer. J’ai l’impression d’être partie deux fois en vacances aujourd’hui 😊.

La mer est belle, il n’y a qu’à rester là pour l’admirer.

En savoir plus sur la plage de Sokcho

En coréen : 속초해변 (sokcho haebyeon)
Adresse : 190, Haeoreum-ro, Sokcho-si, Gangwon-do
Site Internet : www.sokchobeach.co.kr

Le village Abai et ses gaetbae

Je me rends ensuite au village Abai, dans le quartier de Cheongho-dong. Depuis la plage de Sokcho, c’est tout droit en longeant la mer, à environ 25 minutes à pied. Le village se trouve sur une île : juste avant d’arriver, il faut emprunter un ascenseur puis traverser ensuite le pont Seorak.

Le village Abai est un petit village de pêcheurs où vivaient de nombreux réfugiés nord-coréens de la guerre de Corée (1950-1953). En dialecte, “abai” veut dire “personne âgée”. C’est un mot qui fait référence à ceux qui ont fui la guerre à l’époque. D’ailleurs, ici, on pourrait encore se croire dans la Corée des années 70.

Le village est connu pour ses spécialités culinaires, l’abai sundae, un calamar fourré, et le naengmyeon, une soupe traditionnelle nord-coréenne à base de nouilles de sarrasin, de pomme de terre et de patate douce.

Il est aussi connu pour être le lieu de tournage du drama Autumn in my heart avec les acteurs Song Seung-Heon, Song Hye-Kyo et Won Bin. Dans cette série, l’héroïne empruntait souvent un gaetbae, un type d’embarcation tiré par une corde à la force des bras. C’est devenu une attraction touristique, on peut monter dessus pour 500 wons (env. 0,35 euros).

Je visite rapidement le village, ses ruelles, et ses restaurants, jusqu’à la plage, où se trouve le point d’information touristique. Mais je n’ai pas trop le temps de m’attarder, car je veux monter sur le phare de Sokcho.

En savoir plus sur le village Abai

En coréen
: 아바이마을 (Abai maeul)
Adresse : 1076, Abai village, Cheongho-dong, Sokcho-si, Gangwon-do
Horaires : ouvert toute l’année, de 6h à 20h d’avril à octobre, et de 7h à 18h de novembre à mars.
Site Internet : www.abai.co.kr

Le phare observatoire de Sokcho

Je mets 30 minutes à pied pour atteindre le phare depuis le village Abai. De l’observatoire, la vue est à 360 degrés sur toute la ville de Sokcho, le mont Seorak, la mer et les deux pavillons de Yeonggeumjeong qui se trouvent en contrebas. A l’intérieur, on peut voir une vidéo qui présente le phare vu du ciel.

En savoir plus sur le phare observatoire de Sokcho

En coréen
: 속초 등대전망대 (Sokcho deungdaejeonmangdae)
Adresse : 8-28, Yeonggeumjeong-ro 5-gil, Sokcho-si, Gangwon-do
Horaires : ouvert toute l’année, de 6h à 20h d’avril à octobre, et de 7h à 18h de novembre à mars.
Tarifs : gratuit

Les pavillons de Yeonggeumjeong

Juste à côté du phare donc, deux pavillons font face à la mer. L’un est sur la terre ferme, l’autre sur des rochers dans la mer, et on peut le rejoindre en empruntant un petit pont. Selon la légende, des fées seraient descendues du ciel pour se baigner ici et chanter de belles chansons. L’endroit est connu pour ses magnifiques levers de soleil.

En savoir plus sur Yeonggeumjeong

En coréen
: 영금정 (yeonggeumjeong)
Adresse : 35 Dongmyeonghang-gil, Sokcho-si, Gangwon-do
Horaires : ouvert toute l’année, de 6h à 20h d’avril à octobre, et de 7h à 18h de novembre à mars.
Tarifs : gratuit

Fin de soirée à Sokcho avant le retour à Séoul

Je me rends ensuite près du port et de son autre phare, rouge celui-ci, pour admirer le coucher du soleil et les couleurs orangées qui se reflètent sur les montagnes avoisinantes.

Il commence à faire nuit, je repars à pied vers le terminal des bus intercités de Sokcho. Après 20 minutes de marche, je m’attable dans un petit restaurant en face du terminal, et je commande un doenjang jjigae, un ragoût à base de soja. Puis je me pose dans un café en attendant mon bus retour, prévu pour 20h30.

J’arrive à Séoul après 3h de trajet, juste à temps pour prendre le dernier métro ! Si j’ai mis 1h de plus au retour, c’est parce que le trajet m’a coûté 4 000 wons de moins qu’à l’aller.

Ma journée à Sokcho était bien remplie, mais elle m’a surtout redonnée l’énergie dont j’avais besoin pour me revigorer. Je suis allée à la montagne et aussi à la mer, les paysages étaient magnifiques et relaxants. J’aimerais y retourner mais la prochaine fois, peut-être y rester deux jours.

Cet article vous a plu ? Épinglez-le sur Pinterest !

Vous pourriez également aimer...

4 commentaires

  1. Ne pouvant me rendre en Corée, je voyage grâce à vous.
    Je vous ai découvert sur Instagram, merci, continuez à nous faire rêver.

    1. Miss Kim

      Merci beaucoup pour votre commentaire et vos encouragements! Je suis ravie qu’on puisse vous faire voyager en attendant de pouvoir le faire normalement 🙂

  2. LE BLAY Jocelyne a dit :

    Merci beaucoup pour vos très belles images. Nous sommes allez en Corée il y a 3 ans (Seoul, Sokcho, seoraksan Andong, haohé… ) voir notre fille. Je suis arrivée sur votre site en voulant voir les lieux de tournage du drama Saimdang que nous trouvons génial ! et tout ça nous donne très envie de retourner en Corée quand ce sera possible ! Mais sauriez vous s’il vous plait où auraient été faites les prises de vue du drama dans les montagnes avec les vues magnifiques sur la mer ? Merci et continuez à nous faire réver et nous donner envie de retourner dans ce beau pays trop vite parcouru…

    1. Miss Kim

      Bonjour, je vous remercie beaucoup pour ce commentaire et votre retour d’expérience en Corée du sud.
      Concernant le drama Saimdang, je ne l’ai pas vu. J’ai donc effectué quelques recherches. Je ne sais pas où se trouve exactement l’endroit que vous décrivez, mais vous trouverez quelques lieux de tournage de ce drama sur ce lien: https://koreandramaland.com/jobs/?search_keywords=Saimdang&submit=
      J’ai aussi trouvé qu’il a été tourné à Gangneung, plus précisément, dans les résidences Seongyojang et Ojukheon, où ont réellement vécu Shin Saimdang et son fils Yulgok Yi I. Vous trouverez plus d’informations dans cet article sur la journée que j’ai passé à Gangneung: https://www.souslecieldecoree.fr/une-journee-a-gangneung/
      J’espère que ces informations vous aideront pour un prochain voyage en Corée 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *