[su_pullquote]Le voyage, c’est aller de soi à soi en passant par les autres.[/su_pullquote]

Vous envisagez un PVT en Corée du Sud ? Si vous ne pouvez pas bénéficier d’un échange universitaire, le visa « vacances-travail » est l’une des solutions pour s’installer un an dans la péninsule coréenne. À vous, les concerts de k-pop, les dramas, le kimchi, le Gangnam style ! À vous, les hanok, les randos et la découverte d’une passionnante histoire culturelle ! Partir vivre au pays du matin calme, c’est assurément éprouver des émotions fortes, tout en offrant une part d’originalité à son curriculum vitae. Si vous avez moins de trente ans, ce programme est fait pour vous. On vous explique ici comment réaliser votre projet d’expatriation en Corée du Sud.

Le PVT en Corée du Sud, kézako ?

La France conclut régulièrement des accords bilatéraux pour permettre à ses jeunes âgés de 18 à 30 ans d’obtenir un visa temporaire et de visiter un pays ami tout en ayant la possibilité d’y effectuer des petits jobs pour payer leur séjour sur place. Elle accueille en échange des jeunes des différents pays signataires. C’est ce qu’on appelle le « Programme vacances-travail » (PVT), ou « Working Holiday Visa » (WHV) en anglais. Avec ce programme, le pays d’accueil vous délivre un visa de long séjour à entrées multiples, d’une durée maximale d’un an. Il est en général impossible de le prolonger ou de le modifier une fois sur place.

L’accord bilatéral signé avec la Corée du Sud est entré en vigueur le 1er janvier 2009. Il faut noter trois choses importantes :

  1. Le nombre de visas accordés ne peut excéder 2000 par an. On est bien loin du compte (393 visas attribués en 2017), mais cela veut dire aussi qu’obtenir un visa PVT n’est pas systématique. Pensez à bien soigner votre demande.
  2. Vous devez obtenir votre visa PVT depuis la France. En effet, votre présence physique est obligatoire. La demande et les pièces justificatives doivent être déposées auprès de l’ambassade de la République de Corée en France, dans le 7e arrondissement de Paris. Donc il ne sert à rien de partir en Corée, et de chercher à obtenir un PVT de là-bas. Par contre, vous n’aurez pas besoin de vous déplacer à nouveau sur Paris pour récupérer votre passeport, les services de l’ambassade vous le renverrons par la Poste.
  3. Vous ne pourrez obtenir un visa PVT pour la Corée du Sud qu’une seule fois dans votre vie. Même si vous brûlez d’envie de partir, réfléchissez bien à votre parcours et choisissez le meilleur moment pour le faire. Ce projet de toute une vie mérite que vous y portiez une extrême attention. Posez-vous les bonnes questions, pour ne pas avoir à le regretter plus tard. Parce que tout départ doit vous amener à anticiper le retour. Pourquoi partez-vous ? Qu’attendez-vous de cette expérience ? Comment allez-vous la valoriser une fois de retour en France ? Sans forcément avoir toutes les réponses à ces questions, y penser est déjà un premier pas pour réussir au mieux votre projet d’expatriation.

Comment obtenir un visa PVT pour la Corée du Sud ?

Il vous faut contacter l’ambassade de la République de Corée en France. Suivez ce lien pour obtenir les coordonnées.

L’obtention du visa se fait à titre gratuit.

Conditions pour postuler

  • être âgé de 18 à 30 ans révolus lors de la demande (vous pouvez donc encore déposer un dossier quelques jours avant votre 31ème anniversaire, mais n’attendez pas trop non plus : avec une semaine minimum de délai pour obtenir le précieux sésame, et l’obligation d’être en Corée avant vos 31 ans, pensez à bien calculer le meilleur moment) ;
  • la demande peut être introduite au maximum 1 mois à l’avance, étant donné que la validité du visa court à partir de la date de sa délivrance (ne vous précipitez pas non plus) ;
  • ne pas être accompagné d’un parent durant votre séjour ni avoir d’enfants à charge ;
  • avoir un passeport français dont la validité est supérieure à un an à partir de la demande (par exemple : vous déposez votre dossier le 1er janvier. Votre passeport ne doit pas expirer avant le 2 janvier de l’année suivante) ;
  • ne jamais être entré en Corée du Sud en étant titulaire d’un visa vacances-travail.

Pièces complémentaires

  • une demande complétée et signée ;
  • le passeport original ;
  • un billet d’avion aller-retour ou une attestation d’achat du billet d’avion ou un relevé de compte bancaire justifiant des ressources suffisantes pour acheter un billet d’avion aller-retour ;
  • un certificat médical attestant de votre bonne santé ;
  • un certificat d’assurance (responsabilité civile et couverture maladie) valable en Corée du Sud pour 1 an ;
  • un document (situation de compte ou attestation de solde) justifiant de ressources financières suffisantes (2500 euros minimum) ;
  • un extrait de casier judiciaire, bulletin n°3 à obtenir ici ;
  • une photo d’identité en couleurs ;
  • une lettre de motivation ou le programme de votre séjour en Corée du Sud (avec la description détaillée des emplois que vous souhaitez exercer) ;
  • un certificat de scolarité ou une copie du dernier diplôme ;
  • un justificatif de domicile.

Quelles restrictions pour le PVT Corée du Sud ?

Pour le gouvernement coréen, le but de votre voyage ne doit pas être celui de travailler en Corée du Sud, mais plutôt de visiter le pays. Vous ne pourrez donc pas postuler à des emplois du secteur du divertissement (réceptionnistes, danseurs, chanteurs, acrobates), ni exercer des professions réglementées (docteurs, avocats, enseignants, pilotes, journalistes, chercheurs, etc.). En revanche, vous pourrez faire du tutorat, de l’interprétariat/traduction, travailler dans des hôtels et des restaurants.

Toutefois, notez bien que le salaire minimum en 2019 est de 8 350 wons, soit 6,50 euros de l’heure (650 euros par mois en travaillant le maximum autorisé, c’est-à-dire 25 h par semaine). Vous pourriez rencontrer des difficultés pour vivre décemment si vous ne comptez que sur votre job pour financer votre séjour.

Une fois dans le pays, n’oubliez pas de faire les démarches pour vous enregistrer auprès des autorités coréennes (vous avez 90 jours pour le faire au bureau d’immigration dont vous dépendez selon votre lieu de résidence.). Vous aurez alors droit à une « alien card », à garder sur vous tout le temps. Pensez aussi à vous inscrire sur le registre des Français de l’Ambassade de France en Corée.

Des conseils avant de partir en PVT en Corée du Sud

Parler le coréen améliore les chances de voir votre candidature acceptée. Il est recommandé de commencer l’apprentissage de cette langue bien en amont de votre demande. Si vous voulez apprendre sur place, seuls les cours de langue coréenne vous seront accessibles. Pour les études en fac, c’est un autre visa ! Dans tous les cas, la connaissance de l’anglais est plus qu’indispensable. Il peut être judicieux de passer une certification en anglais pour justifier de votre niveau de langue. En effet, l’anglais peut vous donner accès à des emplois bien mieux rémunérés.

Découvrir un mode de vie différent, se faire plein de nouveaux amis, mieux se connaître, les arguments en faveur du voyage à l’étranger ne manquent pas ! Alors pour vous donner envie de tenter l’expérience, je vous invite à regarder ce très bon film de 25 minutes. Des PVTistes vous racontent « leur » visa vacances-travail, entre rencontres incroyables et galères formatrices. De quoi titiller l’envie de (re)partir sur les routes !

Partager :