L’île de Jeju (Jeju-do) a été classée au patrimoine mondial en 2007. Ce qui a justifié son inscription en tant que bien naturel d’importance pour l’humanité, c’est la présence de trois formations volcaniques spectaculaires : le mont Halla, le cône de tuf de Seongsan Ilchulbong et le réseau des tunnels de lave du volcan Geomunoreum. Mais Jeju a également obtenu de l’UNESCO deux autres titres d’importance : celui de réserve de biosphère en 2002, grâce à son parc national, ses petites îles et ses rivières où s’épanouissent plantes autochtones et animaux menacés ; et enfin celui de parc géologique international en 2010, avec ses dizaines de petites collines en forme de pics, appelées oreum, ses plages, ses formations de coquillages et ses falaises. En bref, Jeju, c’est LE trésor naturel et écolo de la Corée du Sud.

Jeju, une île méridionale subtropicale

Île de Jeju @Google Earth

@Google Earth

Jeju est située au sud-ouest de la péninsule coréenne, à environ 90 km des côtes. C’est la plus grande des quelques 3350 îles de Corée, avec une superficie de 1884 km². Bordée de plages et de palmiers, elle est la destination favorite des jeunes mariés, qui apprécient ses eaux turquoises et son climat tempéré chaud. C’est également un vrai paradis pour les amateurs de randonnées et d’activités aquatiques, et c’est pourquoi l’île est particulièrement courue pendant l’été. Mais chaque saison apporte son lot de beautés naturelles, comme la vue sur les champs de colza au printemps, les couleurs cuivrées des miscanthus à l’automne, ou encore les paysages enneigés pendant les mois d’hiver.

Le Mont Halla

@David Woo / Flickr

@David Woo / Flickr

L’activité volcanique intense dans cette zone du nord-est asiatique est à l’origine de la formation de l’île de Jeju, il y a 1,8 millions d’années. Le Mont Halla était encore un volcan bouclier actif il y a 25 000 ans, mais il est depuis endormi. S’élevant à 1950 mètres au-dessus du niveau de la mer, c’est de fait la montagne la plus haute de Corée du Sud. Les roches basaltiques de ses falaises ont la forme de colonnes, et le sommet est en partie occupé par un lac de cratère baptisé Baeknokdam (Le lac aux cent cerfs). Une légende veut en effet que des sorciers bienveillants habitant les montagnes venaient se divertir à cet endroit, montés sur des cerfs blancs.

Tout autour, formant un paysage spectaculaire, on trouve plus de 360 volcans secondaires en forme de cônes, que l’on appelle oreum dans le dialecte de Jeju.

@Republic of Korea / Flickr

@Republic of Korea / Flickr

La partie centrale du Parc national du Mont Halla forme, avec deux cours d’eau et trois îlots inhabités, une réserve de biosphère à l’écosystème très diversifié. On y trouve aussi bien des forêts de conifères et de feuillus que des prairies tempérées, où des espèces animales autochtones trouvent refuge. Le corail, quant à lui, s’épanouit dans la zone qui entoure les petites îles. Il y a en tout six sentiers de randonnée le long du Mont Halla, et chacun vous fera découvrir un paysage différent.

Le réseau de tunnels de lave du volcan Geomunoreum

Tunnel de Manjanggul @Republic of Korea / Flickr

Tunnel de Manjanggul @Republic of Korea / Flickr

Ce réseau de tunnels de lave est la caractéristique la plus importante et la plus distinctive de l’île de Jeju. La vingtaine de galeries s’est formée après une éruption du volcan secondaire Geomunoreum il y a entre 300 000 et 100 000 ans, et cinq tunnels ont été désignés comme patrimoine mondial en raison de l’exceptionnelle conservation des concrétions intérieures (stalactites, stalagmites, gours, coraux de grotte). Les plafonds et les sols multicolores sont formés de roches carbonatées de toute beauté et les parois sont des murs de lave de couleur foncée. On dit de ce réseau qu’il est l’un des plus beaux au monde.

Le cône de tuf de Seongsan Ilchulbong

@Administration de l'héritage culturel de la Corée du Sud

@DR

Souvent comparé à une forteresse qui surgit de l’océan, le cône de tuf de Seongsan Ilchulbong est haut de 182 mètres. Il a été formé il y a environ 5000 ans à la suite d’éruptions volcaniques sous-marines de faible profondeur. Sa forme caractéristique est le résultat d’une fusion entre un magma chaud ascendant et des eaux dites superficielles. Sa forme étonnante et sa position en front de mer en font une image symbole de l’île de Jeju.

Situé à l’extrémité Est, son nom signifie littéralement « le pic du lever du soleil qui ressemble à une forteresse ». Le lever du soleil par beau temps y est réputé magnifique, au point que venir tôt le matin pour l’admirer fait partie des activités les plus prisées. Monter sur la crête pour découvrir le cratère de 600 mètres de diamètre ou plonger son regard sur les falaises abruptes font également partie des « must » à ne pas manquer.

Pour vous y rendre :

  • En ferry, depuis plusieurs ports situés au sud de la péninsule : Mokpo (comptez 4h30), Haenam (3h), Wando (1h40), Goheung (3h50), Yeosu (5h)
  • En avion : aéroport de Gimpo au sud de Séoul (1h, entre 150 et 300 euros), aéroport de Gimhae à Busan (45 min, 140 à 250 euros)

Jeju n’est pas en reste quand il s’agit de proposer des visites et des activités inoubliables : les impressionnantes statues de pierre qui protègent l’île, les célèbres plongeuses en eau profonde, les superbes plages de sable blanc ou encore la délicieuse cuisine à base de produits de la mer. Nous vous ferons découvrir tout cela dans nos prochains articles !

Partager :