Vous ne manquerez pas de voir des buildings à Séoul. Au fil des ans, les quartiers-villages d’antan ont cédé du terrain au profit des grandes barres d’immeubles et de bureaux. On peut le regretter ou s’en réjouir. Mais quand Séoul décide de construire un gratte-ciel, la ville voit plutôt les choses en grand ! Avec la Lotte World Tower, elle peut même se vanter d’avoir l’une des cinq plus grandes tours du monde. 554,5 mètres de haut, et une plateforme d’observation qui culmine à 486 mètres. La promesse d’un panorama à couper le souffle. Promesse tenue, selon vous ? À vous de juger après ce petit tour en images auquel je vous convie, compte-rendu d’une visite effectuée en septembre de l’année dernière.

La Lotte World Tower, un gratte-ciel qui vise haut

Panorama sur Séoul et la Lotte World Tower depuis les remparts de la forteresse de Namhansanseong. @Myu-Ri

Ouverte au public depuis le 3 avril 2017, soit un peu plus d’un an, la Lotte World Tower a su imposer son étonnante silhouette dans le paysage urbain de Séoul. C’est un monolithe à la fois fin et imposant, qui a nécessité près de six ans de travaux et pas moins d’une vingtaine de verres différents pour en recouvrir la surface. Sa forme reprendrait celle des céramiques traditionnelles. On peut y voir aussi celle d’un pinceau de calligraphie. Je n’en sais trop rien. Ce qui est sûr, c’est qu’elle s’amincit au fur et à mesure, donnant le sentiment qu’elle s’élance dans le ciel, comme une pointe acérée.

On dit d’elle qu’elle est comme un phare qui éclairerait la ville. Un argument bien poétique, mais personnellement, j’ai mis du temps avant d’apprécier sa forme un peu étrange. Aujourd’hui, je peux dire que j’aime sa fine élégance, qui ajoute à sa grandeur. J’aime aussi sa prestance et l’impact visuel qu’elle procure. Mais j’aime surtout le bleu si changeant de ses parois de verre, parfois grises, parfois blanches. Je la cherche souvent du regard, car contrairement à la tour Namsan, pour moi l’icône absolue de la capitale, elle n’est pas visible de partout, malgré sa taille immense. En bref, elle ne me laisse pas indifférente. Et vous ?

Depuis Olympic Park

@Myu-Ri

J’ai abordé la visite de la Lotte World Tower par celle du Parc Olympique voisin, avec des amis français habitant Séoul. J’étais à la recherche de son fameux champ de cosmos orangés, que je n’ai évidemment pas trouvé. Le parc est immense, je ne savais pas trop où aller, et je n’avais pas le courage de m’épuiser à le parcourir en long et en large. Et puis la Lotte Word Tower me faisait de l’œil. C’est peu de dire qu’elle captive tous les regards : dans cette partie de la ville, le quartier de Jamsil, on ne voit qu’elle ! Je ne voulais pas non plus manquer l’heure du coucher du soleil, alors je regardais sans cesse dans sa direction pour vérifier que j’étais dans les temps pour monter sur la tour.

En remontant la rue Olympic-ro, j’ai adoré voir les reflets dorés teinter les façades des bâtiments qui l’entourent sur sa moitié nord. Plus on avance, plus la tour apparaît haute. Il faut presque se tordre le cou pour la contempler dans son intégralité. Ah oui, quand même, c’est haut !

@Myu-Ri

@Myu-Ri

@Myu-Ri

Seoul Sky

La Lotte World Tower est une structure hybride conçue dès l’origine pour différents usages. On y trouve des magasins, des bureaux, des officetel (une forme d’appart-hôtels pour les employés des entreprises installées dans un immeuble) entre le 42e et le 71e étage, l’hôtel de luxe Signiel Seoul entre le 76e et le 101e étage, et, pour ce qui nous intéresse, les plateformes d’observation entre le 117e et le 123e étage.

Inutile de vous dire que l’accès à « Seoul Sky » se monnaie, et les bourses les plus modestes ne pourront peut-être pas se l’offrir. Il faut en effet payer 27 000 wons, soit près de 21 euros, pour avoir le privilège de monter dans l’un des ascenseurs les plus rapides du monde et admirer le panorama à 360 degrés sur Séoul. La visite en vaut-elle le coup ? Oui, à condition de bien choisir son jour. La pollution atmosphérique (monnaie courante dans la capitale sud-coréenne) crée comme un voile grisâtre, qui non seulement assombrit le ciel, mais rend la visibilité très mauvaise. Sur les photos ci-après, le ciel semble clair. Pourtant, un léger voile était bien présent ce jour-là, et sans un petit apport de retouche numérique, les vues depuis le sommet de la tour seraient bien brumeuses ! Je déconseille de monter par temps gris ou en cas de forte pollution, vous pourriez avoir le sentiment de ne pas en avoir pour votre argent.

Un pont d’observation à plancher de verre

Je n’ai pas gardé un souvenir impérissable des deux étages en sous-sol, auxquels il faut accéder pour prendre l’ascenseur. Au niveau -2 (Exhibition floor), j’ai apprécié le grand écran tout en longueur qui projette des vues sur les beautés naturelles de Corée. En revanche, j’ai complètement oublié ce que l’on trouve dans la zone d’attente du niveau -1, dite « Seoul Sky Lobby ». Je me souviens vaguement de l’ascenseur (Sky shuttle), une cabine entourée d’écrans vidéo projetant des images numériques, mais la montée en moins d’une minute est si rapide que l’on oublie tout à peine débarqué au 117e étage.

Large-scale Media Art, un écran projetant des images de la Corée du Sud. @Myu-Ri

Entre le 117e et le 123e étage, on a plusieurs espaces, dont le « Sky deck » et le « Sky terrace ». Le premier est l’un des points culminants de la visite, et sûrement le plus challengeant ! C’est là que se trouve le fameux plancher de verre, qui vous donne l’impression, si vous arrivez à poser le pied dessus, de flotter au-dessus de la ville. À près de 500 mètres de haut, cela peut devenir terrifiant. Je n’ai pas le vertige, et pourtant, j’ai dû renoncer. Oui, j’avoue, j’ai eu la trouille ^^ ! Mes amis se sont régalés en revanche.

@Myu-Ri

Miss Kim se cache dans cette photo, saurez-vous la retrouver ? @Myu-Ri

J’ai préféré quand à moi me concentrer sur la vue depuis les baies vitrées. Au pied de la tour, on reconnait le parc d’attraction Lotte World et l’étang du parc Songpa Naru. Cet endroit est particulièrement réputé pour la floraison de ses cerisiers au printemps.

@Myu-Ri

Les grande barres d’immeubles qui jalonnent Séoul me surprendront toujours. @Myu-Ri

À temps pour le coucher du soleil. @Myu-Ri

Sky Terrace

Au 120e étage, il est possible d’accéder à une terrasse en plein-air, heureusement (ou malheureusement pour les photos) entourée de grandes vitres de protection. Le panorama sur le fleuve Han et le mont Namsan au centre est superbe. On distingue le pont Jamsil, en bas à droite, les ponts Cheongdam, Yeongdong et Seongsu au loin.

@Myu-Ri

La nuit est tombée, Séoul s’illumine de mille feux. @Myu-Ri

Séoul est belle de nuit, vous ne trouvez pas ?

Les « Foodie streets » de la Lotte Word Tower

Vous trouverez plusieurs zones de restaurants dans la tour.  Miss Kim a testé Sky 31 Food Avenue, au 31e étage, et recommande cet endroit si l’on souhaite manger tout en admirant la vue sur Séoul. L’accès est gratuit mais restreint à ceux munis d’un pass, qu’il faut récupérer gratuitement au rez-de-chaussée, au guichet de l’entrée Est. La zone ferme à 21h. S’il est trop tard, je vous invite à essayer les restaurants de 29 Street, aux 5e et 6e niveaux. Ils ferment à 22h. Pas besoin de laisser-passer, un peu plus de choix, mais vous êtes là dans le centre commercial, et vous ne bénéficierez pas de la vue sur l’extérieur.

29 Street, du nom de la rue où se trouvait l’ancien centre commercial de Lotte, « 29, Sincheon-dong ». @Myu-Ri

Informations pratiques

En coréen :롯데월드타워
Adresse : 300, Olympic-ro, Songpa-gu, Seoul (서울특별시 송파구 올림픽로 300)
Métro : station Jamsil, lignes 2 et 8, sortie n°2
Site Internet (en anglais) : www.lwt.co.kr/tower/
Horaires : du dimanche au jeudi, de 10h00 à 22h00, et du vendredi au samedi, de 10h00 à 23h00
Tarifs : adultes, 27 000 wons (environ 21 euros); enfants, 24 000 wons (environ 18 euros). Les billets sont valables pour un jour et un créneau horaire précis.
Services de restauration : Sky Friends Café (119e étage), Seoul Sky Café (122e étage), restaurant 123 Lounge (123e étage)
Boutique de souvenirs : Seoul Sky Shop (121e étage)

Partager :