Cette semaine, il était possible d’assister à une reconstitution de la cérémonie de mariage du roi Gojong et de la reine Min, au palais Unhyeongung. Unhyeongung est le plus petit et le moins connu des cinq palais de Séoul. D’ailleurs, ce n’est pas à proprement parler un palais, mais plutôt une résidence royale, celle où vécut le roi Gojong, avant de monter sur le trône en 1863, puis de devenir empereur en 1897. À l’époque, cette résidence n’avait rien à envier aux autres grands palais de la capitale, mais la plupart de ses bâtiments ont été détruits avec le temps, et sa taille actuelle est, en effet, assez réduite. Je ne l’ai visité que l’an dernier. Comme pour bon nombre de visiteurs, il ne faisait pas partie de mes priorités. Mais c’est justement parce qu’il se parcourt rapidement, et surtout parce qu’il n’est qu’à quelques encablures de la station Anguk et du quartier de Bukchon, que je vous suggère de l’inclure dans votre planning de visite.

Le palais Unhyeongung, au cœur de l’arrondissement de Jongno

Gojong n’a pas encore dix ans lorsqu’il succède au roi Cheoljong, qui meurt sans descendance. C’est son père qui assure la régence, sous le nom de Daewongun. En attendant de prendre les rênes du pouvoir, Gojong habite le palais Unhyeongung. C’est ici aussi qu’il épouse la reine Min, future impératrice Myeongseong. Elle périra sauvagement assassinée par un lieutenant de l’armée impériale japonaise, en 1895.

Le palais Unhyeongung est resté un camp de base pour les activités politiques de l’époque Joseon, jusqu’à ce que le Japon confisque ce bien en 1912. Les descendants de Daewongun en ont repris le contrôle en 1948, après la guerre, mais sa gestion devenait difficile, et la propriété a été vendue au gouvernement de la ville de Séoul en 1991. Deux ans plus tard, le palais rénové retrouvait son éclat actuel.

L’enceinte extérieure du palais Unhyeongung, sur l’avenue Samil. ©Myu-Ri

Unhyeongung a la particularité d’être totalement intégré dans la ville. On pourrait presque passer devant sans se douter qu’il s’agit du cinquième palais de Séoul. En prenant l’avenue Samil-daero, on longe en effet un grand mur de briques surmonté d’un auvent en bois, mais l’entrée est des plus discrètes : une simple porte, qui débouche sur une immense cour intérieure ensoleillée.

Ce très bel arbre dans la cour fait face à l’entrée principale et au pavillon de la garde (Sujiksa). ©Myu-Ri

L’aile nord de la cour intérieure. ©Myu-Ri

Le plan détaillé du palais Unhyeongung. ©Myu-Ri

D’une maison particulière à une résidence royale

La maison de Daewongun était bien située, à mi-chemin entre les palais Gyeongbokgung et Changdeokgung, mais résolument petite. La grand-mère de Gojong décida donc de faire construire en 1864 deux bâtiments supplémentaires, Norakdang et Noandang. Avec le pavillon Irodang construit six ans plus tard, l’ensemble forme aujourd’hui le palais actuel. Chaque bâtiment est relié au suivant par un système de corridors. Des quatre portes qui ceinturaient l’espace, il n’en reste plus qu’une seule.

Le mur ouest du palais Unhyeongung. ©Myu-Ri

La deuxième partie du palais, au-delà de la cour. Cette jolie allée arborée dessert les trois pavillons principaux. ©Myu-Ri

Noandang

C’est ici que les hommes se regroupaient et recevaient des invités. L’endroit servait également d’anti-chambre du gouvernement. En 1882, le régent Daewongun est fait prisonnier par les Chinois. À son retour d’exil, il est assigné à résidence dans le pavillon Noandang. Il y vivra ensuite jusqu’à la fin de ses jours, en 1898.

Le pavillon Noandang.©Myu-Ri

Le bras-droit du père de Gojong, nommé Cheonhajangan. Il était également chargé de collecter des informations sur les ennemis de la famille. ©Myu-Ri

Norakdang

C’est le bâtiment principal du palais, là où se tenaient les fêtes familiales, comme les anniversaires. Le mariage du roi Gojong a été entièrement préparé dans son enceinte. Plus de 1600 hommes et 700 chevaux étaient présents, ce qui montre combien le lieu était important à l’époque.

Le pavillon Norakdang. ©Myu-Ri

Ici, plusieurs des salles sont décorées, soit avec des meubles anciens, soit avec des personnages qui font revivre certains événements, comme Nakseongsik, la cérémonie en l’honneur de la fin des travaux de construction, en 1864.

Les éléments traditionnels d’une chambre coréenne. ©Myu-Ri

La mère adoptive du roi Gojong à droite, et la reine Min à sa gauche. ©Myu-Ri

La mère de Gojong, assise, et une dame de la cour. ©Myu-Ri

Les cuisines du palais Unhyeongung. ©Myu-Ri

Irodang

C’est la demeure des femmes, et plus particulièrement celle de l’épouse du régent Daewongun. Les hommes avaient interdiction de pénétrer dans les lieux. D’ailleurs, le pavillon ne possède pas de sortie vers l’extérieur. Les hautes marches qui l’entourent étaient censées décourager les éventuels intrus.

©Myu-Ri

Le palais Unhyeongung est aujourd’hui très connu pour être un lieu de célébration des mariages traditionnels coréens. Avec un peu de chance, vous pourriez en voir un. Sinon, il est possible de participer à des activités culturelles, mais renseignez-vous avant pour connaître les dates et les horaires.

Bonne visite !

Pour vous y rendre

En coréen : 운현궁

Adresse : 464 Samildaero Jongno-gu Seoul 110-350

Métro : station Anguk (ligne 3, sortie n°4) ou Jongno 3-ga (ligne 5, sortie n°5)

Horaires : de 9h à 19h d’avril à octobre, et de 9h à 18h de novembre à mars. La dernière entrée se fait 30 min avant la fermeture. Le site est fermé le lundi.

Tarifs : gratuit

Activités : location de hanbok (3500 wons), cérémonie du thé, peinture, concerts, programmes éducatifs.

Site Internet : www.unhyeongung.or.kr

Google Maps, données cartographiques © 2018 SK Telecom

Partager :