Comme je ne déteste pas faire les choses à l’envers, il me paraît approprié de finir mon séjour par un passage à l’Office du tourisme. J’aurais sûrement pu y aller en arrivant, ne serait-ce que pour tenter de mettre la main sur une carte du métro qui tienne dans la poche (les seules que j’ai vues sont en chinois), mais en fait, j’y vais surtout pour récupérer mon cadeau : j’ai complété mon « passeport UNESCO » (j’ai visité six sites, pas mal!) et j’ai droit à une petite récompense (un joli parapluie). Mais j’apprends avec un peu de déception qu’il faudra que j’aille la demander au bureau de l’aéroport. Bien, il ne me reste plus qu’à faire un tour dans les étages et voir ce qu’on y trouve. Car depuis peu, l’office principal abrite le « K-Style Hub », un nouvel espace consacré au tourisme et à la culture coréenne (notamment gastronomique). Au final, la visite est plutôt sympathique : le « Tourist information center » se trouve au 2ème étage, tandis que le 3ème abrite le « Korean food exhibition hall », le 4ème le « Korean food experience center » et le 5ème le « Art market hall ». Je réponds à un petit questionnaire sur la gastronomie et on m’offre du ginseng en retour (j’aime qu’on me fasse des cadeaux), j’expérimente la réalité virtuelle en visitant l’île de Jeju avec un casque et des lunettes 3D (il ne faut pas avoir peur du ridicule, mais c’est franchement chouette), je découvre tous les charmes de la gastronomie coréenne et j’apprends à composer des repas bons pour la santé, je fais quelques emplettes à la boutique, bref je passe un agréable moment (et encore je n’ai pas tout fait, comme me prendre en photo avec les stars de la K-pop, porter un hanbok, réaliser une peinture à l’encre de chine, suivre un cours de cuisine -payant- ou des activités autour de la santé et du bien-être). Il y a bien au moins 8 manières d’apprécier le K-Style Hub.

img_4756 img_4744 img_4750 img_4745 img_4753

@French Visit Korea

Après ça je me dirige vers Bukchon, le quartier des maisons traditionnelles (hanok). Mais je réalise l’importance des saisons en Corée, car je l’avais visité de fond en comble il y a trois ans, dans le froid sibérien qui régnait cet hiver-là, et j’avais adoré me perdre dans son dédale de ruelles, monter et descendre des pentes à 30 degrés, découvrir de minuscules cafés bien cachés, et goûter simplement le silence qui régnait à l’heure où le soleil s’apprêtait à se coucher derrière les toits en tuiles. Là, en pleine journée et alors que le temps reste clément bien que grisâtre, l’ambiance est différente et je ne retrouve pas ce sentiment de plénitude qui m’habitait lors de ma première visite.

img_4759 img_4767 img_4761 img_4766

La pollution est vraiment forte depuis deux jours et j’ai du mal à la supporter. Je me vois obligée de rentrer à l’hôtel pour calmer ma migraine grandissante. Je ne ressortirai qu’en soirée pour un dernier repas « hanshik » dans un restaurant du centre-ville et une ultime promenade le long de la rivière Cheonggyecheon, dont le festival touche également à sa fin. Je repars demain et je ne sais pas quand je reviendrai. Mais cet automne coréen restera longtemps dans ma mémoire. Ce séjour aura fait vaciller quelques unes de mes certitudes, mais il me donne des raisons pour continuer à tenir ce blog. J’espère que vous aurez eu plaisir à voyager avec moi ces trois dernières semaines. Merci de m’avoir suivi. Et à très bientôt!

Partager :